Actualité CFPAM, août 2006.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Actualité CFPAM, août 2006.

Message  Yvan le Mar 22 Aoû - 21:11

L'Avenir de l'érable 14 août 2006

Le Centre de formation professionnelle André-Morissette maintient le cap.

Malgré des difficultés de recrutement en soudage et en techniques d’usinage.

Michel Savard, Christian Cantin et François Labbé ont dressé le portrait de la situation actuelle au CFPAM de Plessisville.
Le Centre de formation professionnelle André-Morissette maintient le cap. Malgré des difficultés de recrutement en soudage et en techniques d’usinage.

Ce ne sont pas les difficultés à recruter de nouveaux élèves en soudage et en techniques d’usinage qui inciteront la Commission scolaire des Bois-Francs (CSBF) à mettre la clé dans la porte du Centre de formation professionnelle André-Morissette de Plessisville (CFPAM), bien au contraire.
«Notre objectif est de garder le CFPAM ouvert. Le Centre n’est pas en plein recrutement mais il n’est pas en péril pour autant alors qu’on est loin de la crise que nous avions vécue dans les années ’90», d’expliquer le directeur adjoint à la CSBF, François Labbé.

Année après année, l’institution réussit à maintenir le cap au chapitre de ses inscriptions alors qu’elle compte, pour 2006, 98 élèves inscrits en formation professionnelle et l’équivalent de 100 élèves à temps plein à l’éducation aux adultes, ce qui est sensiblement le même portrait que l’année précédente.

«Nous avons une entente avec la Commission scolaire Deschênes de Drummondville qui nous permet d’offrir diverses options en formation professionnelle à Plessisville et qui sont différentes de celles offertes à Victoriaville et que nous ne pourrions offrir autrement à notre population Bois-Francs/Érable parce que nous n’y sommes pas autorisés par le ministère de l’Éducation. C’est très intéressant pour notre commission scolaire et ça répond à des besoins dans le milieu», d’enchaîner M. Labbé ajoutant que les cinq formations dispensées au CFPAM se veulent en quelque sorte un complément aux 12 formations déjà offertes au Centre Vision 20-20 de Victoriaville.

Formation professionnelle

Le directeur de la formation professionnelle du CFPAM et de Vision 20-20, Michel Savard, a expliqué que les options de cuisine d’établissement, coiffure et d’esthétique demeuraient très en demande mais qu’il en était autrement en soudage et en techniques d’usinage, cette dernière formation venant d’ailleurs d’être retirée du programme.

«En cuisine d’établissement, nous comptons 20 nouveaux élèves cette année pour la formation qui débute cette semaine», de faire savoir M. Savard qui souligne que la nouvelle cohorte profitera des nouveaux aménagements physiques apportés au CFPAM. Les élèves de la dernière cohorte avaient pu compléter leur classe au CFPAM après l’avoir amorcé dans les locaux de la Polyvalente La Samare. «Quand on pense qu’on a déjà démarré cette formation à 12 étudiants. C’est donc une bonne année».

«En coiffure, nous accueillons 21 élèves qui ont débuté leur option au début du mois d’août. Nous avons une liste d’attente mais nous ne pouvons accueillir plus d’élèves que nous avons de postes de travail», de continuer M. Savard.

«En esthétique, le CFPAM accueille 18 élèves cette année comparativement à 19 l’an dernier. On peut aussi parler de stabilité et le cours a lui aussi démarré au début du mois», de préciser M. Savard.

La situation se complique cependant pour les formations offertes en soudage-montage et en techniques d’usinage. «Il s’agit d’options où les demandes en emploi sont excellentes mais dont nous éprouvons des difficultés à recruter des élèves. Cette problématique n’est cependant pas unique au CFPAM. Elle se vit partout au Québec», d’ajouter M. Savard.

«En soudage-montage, le recrutement a été difficile. Nous comptons actuellement 30 élèves dans la formation parce que nous avons réussi à mettre en place une nouvelle approche pédagogique individualisée avec entrées et sorties variables pour notre clientèle. Parmi les 30 élèves inscrits, nous en avons qui ont débuté leur formation en août 2005, d’autres en janvier 2006 et les derniers débuteront cette semaine. Nous prenons un risque financier en procédant ainsi, parce qu’il nous faut un roulement d’élèves pour obtenir un minimum de financement, mais ça nous a permis d’attirer des élèves au moment où ils sont prêts à entreprendre leur formation», d’indiquer M. Savard qui souligne la collaboration du personnel enseignant qui n’a pas hésité à s’embarquer dans ce nouveau type de gestion de classe.

«En techniques d’usinage, il ne nous reste actuellement que neuf élèves de notre cohorte de 2005.Ils termineront leur formation en octobre et nous avons choisi de ne pas renouveler cette option puisque nous n’avions que huit nouveaux élèves inscrits qui avaient leur préalable», de continuer M. Savard.

«Nous ne disons pas que nous ne débuterons pas de nouvelles cohortes dans les mois à venir en techniques d’usinage mais nous sommes présentement en réflexion pour mettre en place un nouveau mode d’apprentissage qui nous permettrait de nous autofinancer et de relancer l’option, un peu à l’image de ce que nous avons fait en soudage-montage. Présentement, nous n’avons cependant pas la masse critique au CFPAM pour faire exactement la même chose».

De son côté, M. Labbé explique que la CSBF n’aurait pas hésité à continuer d’offrir la formation si le nombre d’inscriptions avait pu atteindre 14 élèves mais tel n’était malheureusement pas le cas. «Il y a demande sur le marché du travail et les industries se plaignent mais la clientèle n’est pas au rendez-vous. On fait de la publicité pour attirer de nouveaux élèves mais cela ne suffit pas. On n’arrive pas à mettre le doigt sur le pourquoi. Les valeurs des jeunes ont peut-être changé?», de s’interroger M. Labbé sur cette problématique également vécue dans les autres centres de formation professionnelle au Québec concernant les options de soudage-montage et de techniques d’usinage.

Quant aux huit élèves qui s’étaient inscrits en techniques d’usinage au CFPAM, la CSBF se défend de les avoir abandonnés. «Nous aurions pu leur dire d’attendre à plus tard mais nous avons préféré leur offrir la possibilité d’être desservis à Drummondville. Trois de nos huit élèves ont choisi cette option», de faire part M. Labbé conscient toutefois de tous les coûts et inconvénients que cela entraîne, que ce soit pour les déplacements ou la durée de la formation qui s’échelonnera sur deux ans plutôt qu’une année à Plessisville où la formation était dispensée de façon intensive.

Éducation des adultes

Pour ce qui est de la formation générale à l’Éducation des adultes, le directeur des services éducatifs en formation professionnelle et aux adultes, Christian Cantin, a parlé de stabilité alors qu’il est prévu d’accueillir l’équivalent d’une centaine d’élèves à temps plein au CFPAM. «Dans les faits, ce sont 300 élèves qui tourneront dans la boîte, à temps plein et à temps partiel, de jour et de soir».

«Nous offrons à Plessisville les mêmes services qui sont dispensés à l’Éducation des adultes à Victoriaville.Il y a des adultes qui se présentent pour venir chercher leur diplôme secondaire pour entrer au cégep, d’autres qui viennent chercher certains préalables pour aller ensuite en formation professionnelle. Ce peut également être des jeunes qui ont «droppé» leur secondaire et qui reviennent à l’école par la voie de l’éducation aux adultes».

«Nous avons aussi des personnes qui fréquentent l’institution dans des démarches d’alphabétisation. Ce sont habituellement des gens peu scolarisés qui viennent compléter leur primaire en suivant des cours de français et d’arithmétique pour leur permettre d’être plus à l’aise dans leur quotidien», de conclure M. Cantin.

Source: L'Avenir de l'érable 14 août 2006

What a Face

_________________
Yvan
Prof de soudage-montage CFPPR, Drummondville
http://www.csdeschenes.qc.ca/etablissements/fp/
On est 7,8 millions au Québec, faut s'parler!!!
avatar
Yvan
Admin

Nombre de messages : 314
Localisation : Drummondville
Date d'inscription : 08/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum